Les amendes routières atteignent des sommets grâce à l'utilisation des radars

Les amendes routières atteignent des sommets grâce à l’utilisation des radars

Un record financier pour l’État en 2023

En 2023, les amendes routières ont généré des revenus record pour l’État français, surpassant les années précédentes. Cette augmentation significative des recettes, qui a atteint plus de deux milliards d’euros, est principalement due à l’efficacité accrue des radars automatiques de vitesse. Ces dispositifs de contrôle sont non seulement devenus plus nombreux, mais également plus performants.

L’expansion continue des radars automatiques

Le nombre de radars de chantier a considérablement augmenté, passant de 104 en 2022 à 444 en 2023. De même, le parc total des radars automatiques a connu une croissance, avec un total de 4 661 appareils à la fin de l’année 2023, marquant le plus grand déploiement depuis la mise en place du contrôle automatisé en France. Ce développement continu des infrastructures dédiées à la surveillance routière témoigne de la volonté de l’État de renforcer la sécurité sur les routes tout en augmentant ses capacités de recouvrement des amendes.

Amélioration du taux de disponibilité des radars

Les radars automatiques ont également affiché un taux de disponibilité impressionnant de 91% en 2023, en amélioration par rapport aux années précédentes. Cette disponibilité accrue signifie que les radars sont actifs et fonctionnels pendant une plus grande partie de l’année, ce qui augmente naturellement la probabilité de détecter les infractions et de générer des amendes. Ce taux avait particulièrement souffert en 2019, tombant à 68% suite aux dégradations pendant les manifestations des gilets jaunes.

  Nouveau contrôle technique pour les scooters et motos

Une perspective financière sur les amendes

Dans le détail financier des recettes pour 2023, les amendes forfaitaires, c’est-à-dire celles qui sont payées dans les délais, ont représenté 747 millions d’euros de recettes. Ce chiffre démontre l’efficacité des mesures prises par l’État, non seulement en termes de contrôle mais aussi en termes de recouvrement. Malgré l’augmentation des recettes, les détails sur la proportion spécifique des revenus attribuable aux radars de vitesse restent non spécifiés, mais ils jouent sans doute un rôle prépondérant dans ces résultats financiers.

Ces chiffres traduisent une stratégie étatique efficace en matière de sécurité routière, relevant autant du renforcement des mesures de contrôle que d’une gestion optimisée de l’infrastructure routière existante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *